Voici quelques réflexions qui guident mes choix techniques et la manière dont je les mets en oeuvre.

Si vous préferez me voir et m'écouter parler et/ou en complément de ce texte, vous pouvez aller faire un tour sur le blog de Gautier (Faisons le mur), qui essaye de nous faire voyager à sa manière dans le monde de l'éco-construction, et qui a croisé ma route.

 

Performance énergétique versus construction écologique

Si les économies d'énergie dans la construction sont aujourd'hui une obligation légale, cela ne garantie en rien la qualité et la durabilité du résultat. De plus, je pense que faire reposer le fonctionnement des bâtiments uniquement sur des systèmes actifs (ventilation mécanique, circulateurs...) est risqué sur le long terme et prive souvent les usagers d'une relation vitale avec l'extérieur.

En isolant de plus en plus les bâtiments et en renforçant l'étanchéité à l'air, on induit des risques importants de désordre technique et sanitaire si les questions de gestion de vapeur d'eau ne sont pas bien maîtrisées à la conception et à la mise en œuvre. Pour avoir fréquemment travaillé en rénovation, je constate que le modèle du thermos ventilé (à base de panneaux et de membranes étanches à l'air) est extrêmement difficile à réaliser correctement et fragile sur le long terme. La prise en compte de ces aspects doit intervenir le plus en amont possible, et les techniques alternatives, où le traitement de l'étanchéité à l'air se fait par des enduits soignés, doivent être privilégiées à mon avis.

Si l'on parle d'énergie dans la construction, il faut aussi considérer celle nécessaire à la réalisation du bâtiment (énergie grise). Cette démarche implique de connaître l'origine des matériaux et l'énergie consommée pour leur fabrication. De ce point de vue, plus le produit est local et moins il est transformé, mieux c'est... Paille, bois et pierre, finalement les trois petits cochons n'était pas si mauvais en construction, surtout depuis qu'il ont monté une Scop... mais ceci est une autre histoire.

Le choix des matériaux de construction doit enfin être guidé par leur impact sur la santé des gens qui les pose, des occupants du bâtiment et sur l'environnement. Il est bien difficile de s'y retrouver dans le grand bazar de l'économie globale où la diversité des marques ne rivalise qu'avec leur capacité à verdir leurs discours. Pour ce qui me concerne, j'essaie d'utiliser les matériaux les plus naturels possibles et je travaille en collaboration étroite avec des fournisseurs militants pour faire les meilleurs compromis sur le choix des matériaux manufacturés.

 

FAIRE ENSEMBLE POUR INSTAURER UNE AUTRE RELATION

La dimension humaine doit être intégrée dans la notion de construction écologique : qui construit, dans quelles conditions et pour qui ? Partager ses compétences mais aussi ses interrogations avec d'autres professionnels, échanger du temps et mutualiser des services ou des moyens, c'est ce que je pratique au sein de la coopérative Cabestan.

Sur les chantiers, je propose fréquemment aux clients de participer à leurs travaux de construction ou de rénovation. Les avantages sont multiples pour eux : meilleure compréhension et appropriation du travail réalisé, contrôle qualité, meilleure capacité d'assurer ensuite soi-même l'entretien, gain financier... Du point de vue de l'entrepreneur, proposer à son client de l'encadrer sur son propre chantier permet de sortir de la relation prestataire/client, uniquement articulée autour de la question du prix. Ainsi, faire avec l'entrepreneur permet au client d'appréhender de manière tangible le prix du temps de travail et de mesurer les difficultés techniques rencontrées. Dans un cadre généralement plus convivial, il s'agit de redonner un réelle place à l'humain et de limiter les incompréhensions.

En charpente, couverture, isolation... la plupart des tâches peuvent être réalisées avec l'aide d'une ou plusieurs personnes non qualifiées. Ce fonctionnement nécessite cependant une grande rigueur dans sa manière de travailler (mise en sécurité, explication du fonctionnement des outils...), dans ses choix techniques (explication des techniques et de matériaux choisis, du niveau d'exigence de mise en oeuvre...), dans son suivi de chantier (calcul du temps économisé grâce à l'aide du client). Enfin, en travaillant avec son client, on ne peut pas tricher, une grande transparence est indispensable à tous les niveaux : financier, technique, compétences...

 

C'est pourquoi, convaincu de l'urgence de bâtir sain et économe en énergie mais avec des matériaux socialement et environnementalement respectueux, je mets mes compétences à votre disposition pour formaliser un projet globalement cohérent et vous aider à faire les meilleurs compromis.

 

Stéphane Robert fait parti de la SCOP Cabestan

© Copyright 2013-2015 / Stéphane Robert - 38350 Saint Laurent en Beaumont - Tel : 06 22 30 32 27 - Mail : stephanrobert at yahoo.fr  - www.stephanrobert-ecoconstruction.fr
Création eyenet